L'écrivaine Fatou Diome parle de son passé d'employée de maison à Dakar

L'écrivaine sénégalaise Fatou Diome, revient sur son passé de femme ménage à Dakar. Un passé difficile mais dont elle reste fière.


Née en 1968 sur la petite île de Niodior, dans le delta du Saloum, en pays sérère,  au sud-ouest du Sénégal, Fatou Diome est une écrivaine franco-sénégalaise installée à Strasbourg depuis plus de vingt-cinq ans, qui observe et critique sa société d’origine et son pays d’accueil. Elle écrit comme elle parle, avec fougue et sensibilité. Que ce soit dans ses romans ou dans ses prises de paroles publiques, elle use avec habileté de cette langue piquante qui frôle parfois la satire.

«Je ne savais pas que j’allais devenir écrivain. Je voulais devenir journaliste comme Sokhna Dieng (ancienne journaliste à la télévision nationale sénégalaise) ou être professeure de français», avait confié l’écrivaine Fatou Diome, à l’occasion d’une rencontre littéraire avec des élèves du lycée Saïdou Nourou Tall de Dakar en 2015.

L’auteur du Ventre de l’Atlantique qui s’exprimait dans le cadre de la 15e édition de la Foire internationale du livre et du matériel didactique de Dakar (FILDAK) qui s’ouvre jeudi dans la capitale, de citer son propre parcours en exemple, pour exhorter les jeunes élèves au travail.

"Quand j’étais une bonne (fille de ménage) à Dakar ou en Gambie et que je disais que je veux être institutrice, tout le monde riait", raconte-t-elle aux lycéens, ajoutant : "Peut-être le prix Nobel de mathématiques est dans cette salle. Que savons-nous ?", s’est interrogé l’auteure franco-sénégalaise.

Auteur d’ouvrages sur le mariage mixte, le Docteur en philosophie et littérature qui a abordé avec les élèves l’influence de Mariama Ba, auteure d’"Une si longue lettre, a révélé vouloir être journaliste au départ. "Je sais bien qu’il y a des gens qui se marient (aux Européens) pour des histoires d’argent ou de papier mais la vie en Europe, c’est parfois la galère", a mis en garde celle qui parle en connaissance de cause.